La méthode BISOU ou comment tempérer les fièvres acheteuses ?

Lifestyle - Actualités
09-05-2022
technique-bisou-surconsommation-vetement-achat-compulsif
Bijoux, ceintures, chapeaux, chaussures, habits, sacs. La technique BISOU est implacable pour rendre la consommation moins gourmande et moins polluante, plus écologique et plus responsable. 


Votre dressing déborde ? Il est temps de mettre en place la méthode BISOU. La mode file, défile et refile, les tendances nous obsèdent dans les boutiques et sur les réseaux sociaux. Il arrive ainsi que l’on craque, et par conséquent que l’on surconsomme. Tout ce dont la planète n’a pas besoin. Les Européens jettent quatre millions de vêtements chaque année. Des habits qui ne sont plus dans l’air du temps ou bien que l’on a achetés et qui sont rapidement tombés aux oubliettes.  

BISOU est une technique infaillible, mise au point par Marie Dubouin et Heveline Giraudeau, pour vaincre les achats compulsifs.



B comme besoin 


On peut associer le besoin à une question primordiale : en quoi ce nouvel achat va-t-il combler un besoin ? Les besoins se rapportent à la nécessité, c’est-à-dire la faim, la soif, le sommeil, et dans un autre registre la reconnaissance et le respect. Conclusion : les besoins ne s’achètent pas. Un accessoire ou un vêtement ne relèvent donc pas d’une nécessité, surtout si les portes de notre placard peinent à fermer. 


I comme immédiateté 


La réflexion sur l’immédiateté a pour but de nous faire réfléchir avant d’acheter. Cet achat est-il impératif ? Pour quoi faire ? Pour vérifier l’urgence de tel ou tel achat, il suffit de se demander si nos réponses aux questions précédentes peuvent attendre. J’achète cet habit ou cet objet car je vais m’en servir ? Ou parce qu’il est en soldes ? 


S comme semblable 


Cette étape nous dissuade d’acheter des vêtements immuables. À quoi bon avoir deux jeans similaires en termes de couleur et de coupe ? Exceptionnellement, pour les basiques, tels qu’un tee-shirt blanc, c’est justifié. Il en va de même pour les objets familiaux que l’on partage. Par exemple, un support pour poser son smartphone ou sa tablette. 



O comme origine 


Eh bien oui, Dame nature va mal. Prenons soin d’elle en commençant par limiter les achats compulsifs pour réduire notre empreinte carbone, soit notre impact environnemental. Prêtons aussi une grande attention à la confection des habits ou objets que l’on achète. Une fabrication éthique qui respecte autant l’Homme que la planète. Cette étape a pour dessein de nous faire prendre conscience de nos achats et d’en prendre soin sur le long terme.


U comme utile


Cette ultime étape vise à nous interroger sur la façon dont nous allons utiliser ce nouvel achat. Comment vais-je m’en servir au quotidien ? 
Cette notion d’utilité est notamment importante en période de soldes quand les prix cassés nous font tourner la tête...

Par Juliette Huard