L’importance du plaisir : place à l’hédonisme

Lifestyle - Bien-être
01-03-2021
plaisir-hedonisme-accomplissement-connaissancedesoi-petitsmoments-satisfactiondesir-physique-psychique-intellectuelle-epanouissement-jouir

Le plaisir est un mot qui peut parfois faire peur. On ne sait pas réellement ce qui est caché derrière, on tente tant bien que mal de le cerner, de l’apprivoiser, de le chercher dans ce qui nous entoure.



Le plaisir est propre à chacun, pourtant, grand nombre d’entre nous ne parvient pas à l’atteindre, surement par crainte, par protection.

Selon Socrate, « Le bonheur, c’est le plaisir sans remords »

Difficile de le distinguer effectivement du bonheur, tant son cocktail de sentiments est fort. Lorsque le plaisir est en nous, plus rien ne peut nous toucher. Serait-ce une magie noire, capable d’intérioriser tous nos désirs ?

Selon Psychologies, le plaisir est le contraire de la douleur. Il correspond à un état émotionnel agréable né spontanément d’une situation donnée, de la satisfaction d’un désir ou de la perspective de cette satisfaction. Elle peut être physique, psychique ou intellectuelle, et touche tout le monde. Tout comme le désir, le plaisir est indispensable pour s’émanciper, pour s’épanouir, pour jouir. Si le désir est refusé, de manière consciente ou inconsciente, un trouble psychique peut être observé.




L’importance de se faire plaisir est également primordiale. Elle est gage d’accomplissement et de connaissance de soi. Comment s’épanouir lorsque nous n’arrivons pas à savoir ce qui nous procure du plaisir ? L’hédonisme serait alors coupable, dangereux, voire même tabou... Pour cerner son plaisir, son bonheur, il est important de s’octroyer quelques petits moments.

Seul avec soi-même, les sensations et sentiments sont décuplés, quitte à devenir volumineux, incommensurables. Cerner ce qui nous fait du bien, c’est savoir vers où nous sommes capables d’aller. Chacun à une vision de son plaisir unique, et c’est cette multitude de plaisirs qui lui donne de l’importance, qui le rend si dense, si compliqué à analyser.

Pour Jean Rostand, « tout plaisir est plaisir d’amour. » Lorsqu’être seul avec nous même nous effraie, il peut être intéressant de se focaliser sur les petits plaisirs du quotidien : un jeu avec ses enfants, un repas entouré de sa famille, une séance de sport, une balade dans la forêt...