Adopter une poule, 10 conseils pour en prendre soin

Habitat - Côté jardin
11-09-2020
Adopter-poule
Vous n'êtes pas passé à côté ! Depuis le confinement, les Français adoptent massivement des poules ! On vous divulgue les conseils d'un professionnel, Didier Langlais, « papa poule » et cofondateur de Magalli, acteur unique sur le marché de la poule de compagnie pour prendre soin de ses poules au quotidien, parce que c'est super d'adopter, mais encore faut-il savoir s'en occuper !




1. VEILLER A LEUR ALIMENTATION

Il est coutume de dire que la poule « pond par le bec » : elle doit donc recevoir un aliment complet, en plus des déchets qu’elle mange chaque jour. Et ainsi elle aura tous les nutriments dont elle a besoin pour rester en bonne santé et pondre de bons œufs. On veillera à fournir à sa poule un aliment adapté à chaque cycle : un aliment « Pondeuse » en période de ponte, un aliment « Poule d’ornement » en période de mue et l’aliment « Santé + Magalli » en alternance pour contrer les maux de l’hiver et prévenir les risques parasitaires tout au long de l’année.

Il faut également mettre à sa disposition des coquilles marines concassées pour qu’elle ait un apport en calcium suffisant, nutriment essentiel dans la composition des œufs.


2. L’HYDRATATION AVANT TOUT

Il est important de contrôler la propreté de l’eau chaque jour. « Boire est primordial pour la poule : elle a besoin de s'hydrater en permanence. Si l'eau est sale, elle devient un milieu de culture pour toutes sortes de pathogènes », insiste Didier Langlais. Idéalement, l’eau doit être changée tous les jours ou, au moins, 2 fois par semaine, si elle est à disposition dans un abreuvoir. Celui-ci doit être nettoyé dès l’apparition de salissures. 



L’obstruction et le gonflement du jabot (poche de l'œsophage dans laquelle les aliments séjournent) est un motif courant d’inquiétude chez les propriétaires de poules de compagnie. La poule, dépourvue de dents, a besoin d’aide pour faciliter la digestion et l’assimilation des aliments. Pour cela, il faut lui mettre à disposition de petits cailloux (de 2 à 5 mm) ou du grit pour poules (mélange de petites particules de pierre que l’on trouve en jardinerie-animalerie), qui vont l’aider à broyer les aliments à l’intérieur de son gésier : transit « easy » garanti !


4. L’INSPECTION DU BEC

Les poules ne sont pas épointées (opération qui consiste à couper la pointe du bec à l’élevage pour éviter le picage). Il est donc important d’inspecter le bec régulièrement : il ne doit être ni trop pointu ni trop recourbé. Si c’est le cas il faut mettre à disposition de sa poule un bloc à picorer pour qu’elle puisse limer son bec. Elle va également pouvoir en profiter pour se faire une jolie pédicure ! Les griffes et le bec sont formés, tout comme nos ongles, de kératine. 



5. LA CHASSE AUX ŒUFS

Si les œufs restent dans le pondoir, l’instinct de la poule prend le dessus et elle s’arrête de pondre pour couver ses œufs. Il est donc important de les ramasser quotidiennement... Sauf si bien sûr, le but est d’avoir des poussins, et dans ce cas, il faut intégrer un coq au poulailler !


6. LES PATTES AU SEC !

La litière doit rester sèche. Humide, elle peut en effet favoriser l'apparition de parasites internes et de parasites externes, comme la gale des pattes. Il faut privilégier une litière très absorbante comme la litière « Coco Magalli », qui peut également être utilisée en couvre-sol sur le parcours de promenade des poules pour éviter qu’elles évoluent dans la boue. Même par temps pluvieux, la litière « Coco » sèche très vite.

À l'intérieur du poulailler on peut également utiliser la litière végétale composée ultra-absorbante « Magalli », au cacao et au yucca pour neutraliser les mauvaises odeurs et absorber l’ammoniac. On évitera par contre les litières à base de sciure de bois, dont les particules très fines peuvent endommager les voies respiratoires des poules ou la paille qui garde l’humidité. 


7. LE NETTOYAGE DU POULAILLER
Il faut quotidiennement retirer les restes de nourriture (déchets) donnés aux poules qui n’auraient pas été mangés dans la journée, pour ne pas attirer les gros rongeurs ou autres prédateurs. Il est conseillé également d’enlever régulièrement les fientes en surface de la litière et dans le pondoir. Une fois par mois, le grand ménage s’impose avec des produits d’entretien adaptés et naturels ainsi que le changement intégral de la litière. Cette dernière pourra d’ailleurs être mise au compost : la fiente de poule est un élément très riche qui est intéressant pour enrichir les sols.





8. TRAQUEE LES P'TITS TROUS

Si les poules sont dans un parc grillagé, il est de rigueur d’inspecter régulièrement l’état du grillage pour s’assurer que les prédateurs tels que le renard, la belette ou la fouine ne peuvent entrer. Attention, même un trou de la taille d’une pièce de 2€ est suffisant pour qu’une fouine se glisse dans le poulailler.


9. GARE AUX POUX !

Il est important d’inspecter sa poule, notamment à la base des ailes, pour vérifier qu'elle n'a pas de poux rouges. Il existe également des tests à installer sur le perchoir. S'il y en a, on se procure un spray abrasif à base de silice qui va tuer le pou de façon mécanique et naturelle. Autre traitement : un produit à base de citronnelle qui modifie la structure du sang de la poule et le rend indigeste pour le pou. « Ce sont deux bonnes alternatives à la terre de diatomée qui, bien que naturelle, n'est pas écologique et peut être irritante pour les yeux et le nez », explique Didier Langlais.


10. CONTEMPLER SA POULE... L’ŒIL ALERTE

Il est toujours agréable de contempler sa poule œuvrer au jardin. Il est alors important de rester attentif à son état général pour être alerté en cas de comportement inhabituel. « Elle peut boiter, dans ce cas il faut regarder si une épine est coincée sous une patte. Si elle est prostrée, qu’elle arrête de boire ou de se nourrir, cela peut être lié à un état fiévreux, dû à une petite blessure qui s’infecte ou à un virus et dans ce cas, cela passe en 4-5 jours », explique Didier.

Pour maintenir ses poules en bonne santé et prévenir les parasites internes, il est conseillé de distribuer régulièrement l’aliment « Santé + », qui va participer à la maîtrise du parasitisme et aussi avoir un effet détoxifiant pour le foie, organe très important pour la production des œufs et l’élimination des toxines. 





INFOS
Des astuces, conseils et le guide de l’éleveur amateur à télécharger sur www.magalli.fr