partenaires-mavilleamoi

L'hostellerie de Plaisance à Saint-Émilion

Découvrir / Voyager - Près de chez vous
15-09-2020
L'hostellerie-de-Plaisance-à-Saint-Émilion
UN LIEU, UNE HISTOIRE

L’Hostellerie de Plaisance, c’est un séjour d’exception sur la rive droite du Bordelais, au cœur de la célèbre cité médiévale de Saint-Emilion qui compte parmi les sites et monuments les plus visités en France avec 1,5 million de visiteurs par an ! Au sommet du village, une vue imprenable sur les précieuses vignes ancestrales de Saint-Emilion, paysage viticole hors du commun, premier à avoir été inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1999.


14 chambres et 3 suites contemporaines signées Alberto Pinto pour un séjour hors du temps et sans voiture. Chaque fenêtre, chaque terrasse donne sur la Cité Médiévale. La Résidence Pavie, à 3 kilomètres, propose 3 chambres et 1 suite, au milieu du vignoble. Un restaurant gastronomique où Ronan Kervarrec, deux étoiles MICHELIN signe une « cuisine de produit et de producteurs » créative et pleine d’émotion qui se marie avec une carte des vins exceptionnelle, Saint-Emilion oblige !


La famille Perse et son équipe ont fait de cet endroit chargé d'histoire complicité pour un accord parfait avec Saint-Emilion. La terrasse panoramique offre un splendide point de vue en aplomb du village. Des jardins suspendus relient l’ancien Relais de Postes à la Maison Calès, les deux bâtisses qui composent l’hôtel.


A la découverte de Saint-Emilion !


Au cœur de Saint-Emilion, l’Hostellerie de Plaisance est le lieu idéal pour partir à la découverte de la célèbre Cité médiévale et de son vignoble mondialement réputé et amoureusement préservé. À 3 heures de Paris en TGV (gare de Libourne à 9 kilomètres) et à  40 km de Bordeaux et son aéroport. Relais & Châteaux depuis 2003, cet hôtel 5* est stratégiquement situé au pied du clocher de la fameuse église monolithe et offre une vue imprenable sur la mosaïque des toits vieux-rose, La Tour du Roy où est proclamé ouvert chaque année le « ban des vendanges », et en arrière-plan les collines de l’Entre-deux-Mers et la vallée de la Dordogne. Bien nommé Plaisance, cet hôtel de pierres blondes distille l’ambiance et le charme d’un « chez soi » où l’on a envie de se faire choyer.





UNE LONGUE TRADITION D'ACCUEIL ET D'ART DE VIVRE

C’est en janvier 2001 que la famille Perse réalise son rêve en achetant cet établissement qu’elle taille comme un petit joyau. Autrefois, dans cet ancien monastère, les nones offraient dit-on le gîte et le couvert à des pèlerins et des voyageurs. Après la Révolution, le couvent est transformé en relais des postes, en auberge, et enfin en hôtel restaurant. Baptisé en 1927 du nom actuel d’Hostellerie de Plaisance, il devient après la Seconde Guerre Mondiale une guinguette où les gens du village aimaient à se retrouver en été sur la terrasse pour danser.


Puis dans les années 60, les bals cessent et divers propriétaires se succèdent. Les derniers, Monsieur et Madame Quilain, ont œuvré pour que Plaisance soit un hôtel-restaurant connu et apprécié.



Autant attachée à la beauté des lieux qu’à la qualité de l’accueil, la famille Perse investit chaque année pour sublimer cet endroit, devenu incontournable dans la région. Un ascenseur troglodytique creusé dans la roche permet de relier la partie historique de l’hôtel à une maison située en contrebas de la terrasse, au cœur du village. La jolie cour jardin attenante à la maison est située à quelques mètres des marches où l’ermite Emilion, comme le raconte la légende, aimait à méditer.

 

Quelques mots sur les hôtes de ces lieux ...


La famille Perse est arrivée à Saint-Émilion en 1993 aiguillonnée par sa passion pour le vin. Avant d’arriver à Saint-Émilion, Gérard Perse était à la tête d’un groupe d’hypermarchés dans la région parisienne. Depuis l'âge de vingt ans, il partageait avec son épouse une passion profonde pour la terre et le vin, qui n'avait jamais pu s'exprimer... Ils ont franchi le pas dans une région pour laquelle ils ont eu un véritable coup de cœur. Le dernier établissement du groupe d'hypermarchés et supermarchés a été vendu en avril 1998.


La famille Perse est aujourd’hui à la tête d'un patrimoine viticole exceptionnel, formé des trois entités prestigieuses que sont les châteaux Pavie, Pavie-Decesse et Monbousquet. Une histoire exemplaire qui démontre que la réussite d'une entreprise viticole ne découle pas toujours d'une longue tradition familiale, comme on serait parfois tenté de le penser dans l'univers du vin de Bordeaux...



Avec la même énergie que déploient Gérard Perse et son gendre Henrique Da Costa à élaborer leurs grands crus, Chantal et sa fille Angélique se dépensent sans réserve pour faire de l’Hostellerie de Plaisance un lieu d’exception voué à l’art de vivre dans toutes ses dimensions.



En 2007, la famille Perse franchit un nouveau cap. Après trois mois de travaux qui ont réuni des savoir-faire d’excellence, l’Hostellerie de Plaisance augmente sa capacité d’accueil, grâce à l’acquisition de la Maison Calès. Située en contrebas de la terrasse, celle-ci est reliée au corps principal de l’hôtel, ancien monastère situé au sommet du village, par un jardin qui met en scène des vaches multicolores en fibre de verre (« Balade en Nord », « Bobines de film »...) qui faisaient partie de l’exposition Vach’Art organisée en plein air à Paris en 2006.


Dans cet écrin de vieilles pierres, elles apportent une touche contemporaine et décalée.



UNE DÉCO SIGNÉE ALBERTO PINTO

L’Hostellerie de Plaisance propose 21 chambres dont 3 suites. L’ensemble du mobilier a été créé spécialement pour les chambres. Un subtil jeu de volumes, de design, de couleurs et de mélanges de styles signé Alberto Pinto, architecte d’intérieur et décorateur dont la philosophie essentielle dans « l’art de faire les chambres » est un extrême raffinement conjugué à un confort de pointe. Toutes les chambres, contemporaines ou teintées d’élégance classique, déploient un raffinement extrême qui a dicté le choix des étoffes, des matériaux.


La dimension humaine de l’Hostellerie de Plaisance lui a permis, comme il en témoigne dans son livre Inédits, « d’exprimer pleinement son goût du détail et de la personnalisation. »



Alberto Pinto,l’architecte de l’exceptionnel


Créée par l’illustre décorateur et architecte d’intérieur Alberto Pinto, empreint d’influences variées depuis sa plus tendre enfance, l’agence Alberto Pinto est devenue, au fil des années, incontournable dans le monde de la décoration. Ses clients comptent parmi les plus grandes fortunes  internationales, les rois, les émirs, les chefs d’Etat. Dans le secteur de l’hôtellerie, ce bureau d’architecture d’intérieur et de décoration de prestige a signé l’aménagement du grand Hôtel Park (Gstaad) ou encore la Résidencia et le Palm Beach aux Canaries.



UN NOUVEAU DÉCOR ÉPURÉ ET MODERNE

D’un très beau volume, la salle à manger, d’une capacité de 60 couverts, donne sur la place où s’élève le fameux clocher de l’église monolithe. Totalement repensé en 2017, le décor des espaces salle à manger, accueil, bar et salle de séminaire -soit 500 m2 au total- est signé du Cabinet Alberto Pinto. Une atmosphère raffinée, aérienne, épurée, intemporelle alliée à la douceur et au confort fait écho à la cuisine du chef, Ronan Kervarrec.



Dès l’entrée, la nouvelle marquise en verre et acier patiné apporte une note de transparence et de légèreté. Au sol, un parquet de bois artisanal rythme les espaces en faisant varier les marqueteries réalisées avec quatre essences de bois, le chêne PR pombo, le wengé, l’Afrormosia, le chêne gris.



Pas de cloison entre l’entrée et la salle de restaurant, mais un grand paravent en bois laqué et feuilles d’or vieillies de la collection Pinto Paris. La nouvelle décoration traditionnelle et moderne, simple et raffinée, se joue avec grâce de la lumière et de l’espace. Un espace limpide, aéré, où les hôtes peuvent se sentir à l’aise.




Un grand travail sur la lumière a été réalisé « pour alléger et sublimer cette majestueuse salle d’ancien couvent » selon le vœu du décorateur. Les murs de chêne cérusé sont parsemés de gouttes luminescentes en cristaux naturels ou craquelés. À chaque extrémité, des bandeaux de lumière gomment les angles. Le plafond est sensuellement arrondi à l’aide de stuc artistiquement layé, martelé, gratté ou peigné et rehaussé à la feuille d’or. Des lustres en pampilles de cristal (réalisés sur mesure chez Ochre) coiffent l’ensemble du décor. Ils sont suspendus à des nuages en staff, rappelant que nous sommes au sommet de la cité de Saint-Emilion. Le ciel ici s’est fait matière et les décorateurs l’ont introduit dans la salle à manger... Pour des envols gourmands.



De confortables fauteuils en cuir (clair ou foncé) et tissu à motifs (brun, crème ou bleu ciel), aux élégants pieds à talons en laiton patiné, s’harmonisent avec des tables en bois de chêne teinté, capitonné par une nappe de coton blanche, et portées par des pieds en laiton martelé. Quelques assises en demi-lune peuvent recevoir plusieurs personnes autour d’une table. Au centre de la salle, la cave à vin vitrée expose sous une lumière tamisée les trésors de la maison, la collection complète des premiers grands crus de Saint-Emilion, des double-magnums et jéroboams de Pavie, mathusalems de Monbousquet...



Le bar s’ouvre largement sur la magnifique terrasse surplombant la cité où, lorsque le temps le permet, sont servis petits déjeuners et collations.