Petit lexique du harcèlement en ligne : apprendre à se défendre sur Internet

Lifestyle - Parents
18-05-2020
Petit-lexique-du-harcèlement-en-ligne
Un jeune Français sur cinq dit avoir été victime de cyber-harcèlement, et 27% des 18-24 ans ont déjà reçu des menaces en ligne (source étude IFOP, février 2019). 

Pour aider les parents à mieux comprendre et reconnaître le harcèlement en ligne, Babbel a établi un petit lexique sur ce sujet en s’appuyant sur les conseils et l’expérience de l’association Marion la main tendue qui œuvre quotidiennement pour la prévention des violences et la lutte contre le harcèlement en milieu scolaire ainsi que contre la cyberviolence . L’objectif est de sensibiliser les parents aux risques que peut courir un ado sur Internet et de leur donner les clés pour protéger leurs enfants des dangers qu’ils peuvent rencontrer.


• Le harcèlement en ligne : comme l’indique son nom, il s’agit d’un harcèlement sur Internet. Le but des harceleurs est de s’immiscer dans la vie d’une personne de façon offensive en utilisant les moyens de communication comme les e-mails et les réseaux sociaux. La différence avec un harcèlement « dans la vraie vie », c’est que derrière son écran, le harceleur peut rester anonyme.


• Bullying : persécution, ici l’on parle d’intimidation. Il s’agit d’un comportement indésirable et agressif chez des enfants qui entraîne un déséquilibre de pouvoir, réel ou perçu. Ce comportement se répète, ou a le potentiel de se répéter, au fil du temps. Les enfants qui sont victimes d’intimidation et ceux qui intimident les autres peuvent avoir des problèmes graves et durables.





• L’effet Proteus : se créer un alter ego virtuel ou avatar est un aspect important de l’expérience d’un joueur en ligne. C’est un processus individuel au cours duquel le joueur se forge une identité alternative qui lui permet de se lancer dans de nouvelles expériences. On parle d’un effet Proteus quand l’utilisateur se glisse dans la peau de son avatar au point d’endosser les caractéristiques stéréotypées de celui-ci. Par exemple, un avatar séduisant pourra booster l’ego d’un joueur alors qu’un personnage laid ébranlera sa confiance en lui.


• Le flaming : vient de l’anglais flame et pourrait se traduire par « propos explosifs ». Il s’agit d’une véritable agression, qui a généralement lieu sur les réseaux sociaux. Le ton utilisé dans les messages est volontairement provoquant et insultant car l’objectif est clair : créer un conflit sur la Toile.


• Le happy slapping ou vidéo-lynchage : cette forme particulière de harcèlement a lieu à la fois en ligne et dans la vraie vie. Cette pratique consiste à diffuser sur Internet une vidéo dans laquelle on voit quelqu’un se faire agresser par une ou plusieurs personnes. Il arrive que la vidéo en question se propage de façon virale, ce qui provoque davantage d’échanges à son propos.


• L’exclusion : comme dans la vraie vie, on peut se faire ostraciser par le groupe auquel on appartient. Il peut s’agir d’un véritable sabotage social au cours duquel la victime se fait exclure du jeu en réseau, du groupe de discussion ou de la communauté en ligne dont elle faisait partie.


• Hikikomori : littéralement « s’isoler ». Cette expression japonaise désigne le fait de se couper de la société, en gardant Internet comme seul contact avec le monde. Au Japon, des centaines de milliers de jeunes vivent ainsi, cloîtrés dans leur chambre. Le Japon n’est pas le seul pays concerné par un phénomène qui touche de plus en plus de gens.


• L’usurpation d’identité : on parle d’usurpation quand une personne se fait passer pour une autre, par exemple en créant un faux profil Facebook ou une fausse adresse e-mail. L’objectif est d’envoyer des messages ouvertement condamnables.





• Le sexting : c’est le fait d’envoyer des messages ou des photos à caractère sexuel via les réseaux sociaux ou par messagerie instantanée. Les sextos, c’est le nom de ces messages, peuvent faire de leur auteur la cible de harcèlement en ligne s’ils tombent entre de mauvaises mains.


• Le revenge porn : il s’agit d’une vengeance à caractère pornographique, une divulgation en ligne de vidéos à caractère sexuel, réalisée sans le consentement de l’auteur dans le but de se venger, de l’humilier. C’est un délit puni par la loi du 7 mars 2016.


« Le harcèlement et les violences numériques sont un fléau mondial. Le harcèlement débute de plus en plus tôt avec des conséquences parfois dramatiques. C’est un phénomène mondial qui n’est pas abordé de la même façon selon les pays et les politiques publiques mises en place. L’accessibilité au numérique ou l’usage qui en est fait diffère selon les pays, néanmoins les chiffres restent alarmants et la recrudescence du cyberharcèlement nous oblige à avertir sur les dangers d’un usage déraisonné de ces technologiques numériques et continuer à prévenir ce fléau et à agir contre. Nous pouvons, nous devons tous agir, ensemble, en informant les enfants dès le plus jeune âge, en éduquant et ne sensibilisant toute la société. Le harcèlement n’est pas une fatalité. Soyons le changement dès maintenant ! » Nora Fraisse, Fondatrice de l’association Marion la main tendue. 

 
À propos de Babbel 
Babbel est une application qui vous aide à apprendre une langue. 73 % des utilisateurs interrogés estiment qu’ils seraient en mesure d’avoir une conversation après avoir utilisé l’application pendant cinq heures.

Plus d’informations sur