Les meilleures excuses des contrevenants au confinement

Lifestyle - On a testé pour vous
26-03-2020
excuse-confinement-COVID-19
Nous vous avons fait une compilation des meilleures excuses des contrevenants !

  • « Bonjour Monsieur, la raison de votre sortie ? » demande une policière bordelaise. « Je promène mon chien, c’est prévu, non ? » répond l’homme, goguenard. « Oui, c’est prévu mais pas un chien en peluche. » Tous les jours, à l’occasion de contrôles pour faire respecter le confinement, les forces de l’ordre ont droit aux plus plates excuses pour justifier une sortie. De quoi alimenter des brèves de trottoir.


  • « J’ai une attestation de mon médecin qui me dit que je dois faire une activité sportive. » L’attestation date de près de deux ans et l’homme est à 9 kilomètres de chez lui ! 


  • « Je dois marcher, j’ai les artères bouchées », décrète une femme. « Je fais mon activité physique »,  assure en homme en… tongs.« Après je vais courir », explique un autre, juché sur un vélo, en jeans.


  • « Je promène mon fils. » La réponse ne coche aucune case. « Ben quoi, je promène mon fils comme je promène mon chien. » Ou comme on balade son cabas désespérément vide autour des commerces ouverts pour pouvoir répondre être « sur le point » d’effectuer des achats de première nécessité. Parfois très loin de ses bases, à l’image de cette adolescente de la rive droite envoyée chercher du poisson à La Victoire ! « Je viens tous les jours nourrir un petit chat abandonné », soutient, près d’un cimetière, un homme sans attestation ni chat.


  • « Vous êtes bien dehors, alors pourquoi moi je ne pourrais pas ? » rétorque une autre contrevenante. « On voulait juste voir la mer, on a fait un petit détour », dit un automobiliste sans attestation aux gendarmes. Un crochet de 20 kilomètres en fait. À Carcans, une femme sur la plage plaide : « J’en ai profité, il n’y avait personne. » Les rues désertes : c’est ce qui a incité une octogénaire pessacaise à sortir. « Je croyais que les gens avaient fait la fête hier et que maintenant ils dormaient. »

source sudouest.fr du 25/03/2020


  • Toulouse. Coronavirus : le couple s’était confiné dans une voiture… pour faire l’amour. Deux fois 135 euros. C'est la note présentée par la gendarmerie de Muret à un couple, surpris à faire l'amour dans une voiture, sur une base de loisirs, malgré le confinement. Dépourvus d’excuses valables – la perpétuation de l’espèce ou le simple orgasme ne figurant pas dans les cases à cocher sur l’attestation de déplacement dérogatoire – l’homme et la femme, des trentenaires, ont écopé chacun de 135 euros d’amende. Ce qui finit par faire cher le moment d’égarement.

source actu.fr

<<<<<<< HEAD ======= >>>>>>> e469d863fcb12ff78b2f536e765b1896ba4f48e4