L’argent de poche et les adolescents : son rôle dans l’éducation

Lifestyle - Parents
06-01-2020
L’argent de poche et les adolescents : son rôle dans l’éducation

Les premières notions de la valeur de l’argent apparaissent dès 6 ou 7 ans chez un enfant, à l’entrée à l’école primaire : il sait compter et commence à calculer.  Il atteint aussi l’âge de raison qui l’éloigne d’un imaginaire tout-puissant et l’inscrit dans la réalité. Lui donner de l’argent de poche à cet âge, et le laisser en disposer à sa guise, c’est  reconnaître qu’il n’est plus un bébé. Cela l’autonomise et le responsabilise.



Avant l’adolescence, il est préférable que l’argent de poche soit donné chaque semaine. Le caractère de chacun apparaît  rapidement : certains sont des « paniers percés », d’autres des petits « Harpagon ». Tout en les laissant libres, il est intéressant d’en parler avec eux.
A l’adolescence, la question de l’argent de poche devient plus aiguë car les adolescents, pour qui la vie sociale devient prioritaire, consomment plus.
Ils revendiquent, dans le même temps, une autonomie vis-à-vis de leurs parents, une part de liberté. Elle leur est nécessaire et avoir un budget personnel fait partie de cette liberté. du monde extérieur qui ne passe plus forcément par les adultes
Évidemment, le rapport de leurs parents à l’argent va avoir une incidence sur leur façon d’en parler, de le revendiquer et de le dépenser. Mais les adolescents de la « génération Z  » sont aussi, et plus tôt que leurs aînés, influencés par leurs pairs, ceux qu’ils côtoient au collège et au lycée, mais aussi  sur les réseaux sociaux. Les informations qu’ils recueillent sur la Toile, de façon instantanée et continue, leur donnent une connaissance du monde extérieur qui ne passe plus forcément par les adultes.Dans une transmission qui s’inverserait, certains deviendraient même des  « décideurs  » et pèseraient de tout leur poids sur les choix familiaux. 



Comment se positionner en tant que parent et pourquoi faut-il éviter le « tout contrôle » ?


Les parents doivent accepter de ne pas tout voir et tout savoir. Pour certains, cela est difficile car ils sont anxieux. Leur besoin d’hypercontrôle vient de la peur de dangers « supposés » quand leurs enfants s’éloignent du nid. Mais la peur des parents n’a jamais aidé les adolescents à grandir. Donner de l’argent de poche à cet âge où la prise de distance avec les parents s’impose, aide à développer la notion d’argent et sa valeur, mais, et peut-être surtout, permet à l’adolescent de cultiver son jardin secret et d’affirmer son autonomie. Dans une société où les adolescents grandissent  avec internet et vivent plus que jamais dans l’instant, le développement d’applications comme Kard est un excellent moyen de les aider à  gérer leur argent en toute sécurité et en toute indépendance, tout en utilisant leurs codes et leurs usages.




En effet, la possibilité d’administrer  son budget en temps réel via une application sécurisée, d’effectuer un transfert ou de recevoir de l’argent instantanément, de bloquer sa carte en cas de perte ou d’oubli, tous ces outils sont pour l’ado d’aujourd’hui des moyens familiers, ludiques et bénéfiques pour faire ses premiers pas dans la gestion de son argent.
Les parents peuvent contrôler le compte de leur enfant via leur portail parent.




En tant que tuteur légal, le parent a bien entendu la possibilité de bloquer le compte de son ado à tout moment jusqu’à sa majorité, mais il n’accède pas à ses dépenses en temps réel via une application miroir. Et c’est une bonne chose ! 
Car oui, en tant que parent, utiliser la technologie et son instantanéité pour accroître le contrôle sur son adolescent et notamment la surveillance de ses dépenses et de ses finances, est en réalité un moyen de se rassurer soi-même.
Or, la première vertu de l’argent de poche est  la possibilité accordée à l’ado d’en disposer à sa guise et de se responsabiliser en apprenant à faire des choix pour réaliser ses rêves et ses projets. En voulant contrôler ce qui constitue les premières expériences d’indépendance et d’autonomie de son ado, le parent maintient avec lui une sorte de cordon ombilical qui appauvrit son sens des responsabilités. Il est débrouillard certes, mais pas franchement responsable et maître de ses choix.



Photo : William Iven / Unsplash



Les limites du  « tout, tout de suite »


Accepter de ne pas tout savoir, les responsabiliser « vraiment  » en les laissant libre de gérer leur budget et leurs choix, ne  signifie pas ne pas leur poser de limites.  Les adolescents en ont besoin car ils ont encore bien du mal à les trouver seuls. En effet, ils ont un rapport difficile à la frustration et ils sont rapidement dans l’excès. Notre société, qui offre via internet des possibilités illimitées, renforce chez certains cette intolérance à la frustration. Il leur faut tout et tout de suite. Or, accepter la frustration, être capable d’attendre, de différer, d’accepter la déception de ne pas tout avoir, être contraint de faire des choix, c’est prendre en compte la réalité et renoncer à la toute-puissance. Bref, c’est grandir ! Kard prend en compte cette nécessité de poser des limites : l’interdiction du découvert est importante dans le sens où elle  établit une  frontière claire : on ne dépense pas l’argent que l’on n’a pas. La nécessaire tutelle parentale aussi, qui leur montre que, encore pour quelque temps, en attendant le  moment  où ils prendront  vraiment leur envol, leurs parents restent des interlocuteurs respectables et incontournables. 


Béatrice Copper-Royer
Psychologue clinicienne spécialisée dans l’enfance et l’adolescence


Photo : Christian Dubovan / Unsplash