partenaires-mavilleamoi

Les jeunes se mettent au vert

Lifestyle - Bien-être - Parents
24-07-2019
Les jeunes se mettent au vert

Photo : Alexis Brown / Unsplash


À l’heure des guerres de partis, des clivages et des revendications, une nouvelle voix semble émerger  en politique : les jeunes. Plus déterminés que jamais à se faire entendre, ils désirent surtout adresser un ultimatum aux gouvernements en place, qui leur rappelle qu’ils doivent impérativement prendre soin de notre planète.


par Elise Galle-Tessonneau



Au soir des élections européennes, la stupeur envahit  les postes de télévision à l’annonce  de la montée en puissance du groupe EELV (Europe Écologie Les Verts). Arrivés troisièmes de l’élection avec plus de 13% des suffrages, ce parti doit avant tout son score aux jeunes, qui se sont mobilisés à 40% pour l’élection européenne, une participation en forte augmentation depuis 2014. Alors, que signifie cette  inclination nouvelle  pour la politique ? Élan de citoyenneté passager ou véritable  bouleversement idéologique qui soulèvera l’Europe ?

Nous avons souhaité interroger des jeunes de Bordeaux pour connaitre leur opinion à propos de la cause de l’écologie. 



Le fait de préserver le climat est-il une nécessité aujourd’hui ? 


Antoine, 19 ans : Oui c’est devenu le combat de ces dernières années. On peut voir que ça mobilise un maximum de personnes, avec les élections par exemple. 

Salomé, 19 ans : Bien sûr que c’est important. Parce qu’il n’y a qu’une Terre, jusqu’à ce qu’on en trouve une autre. 



Êtes-vous mobilisé pour cette cause ? Si oui, comment manifestez-vous votre engagement pour le climat ? 


AntoineOui comme je me sens concerné, j’essaie d’agir. Je consomme des produits français et de saison pour réduire l’utilisation de pesticides et des transports de produits.

Salomé : Il y a les transports en commun aussi. Je prends rarement la voiture, je préfère le vélo, la marche. C’est à bénéfice double, pour moi et pour la planète. Dans ce sens, je préfère acheter mes vêtements dans des friperies . À plus grande échelle aussi, il y a le vote évidemment. 

Anaïs, 18 ans : À la fois oui et non, parce que j’y pense, j’y fais forcément attention, comme le tri, mais je ne manifeste pas encore, j’agis à mon échelle.



Sur quel média/support êtes-vous le plus mis au courant des problématiques idéologiques ? 


Salomé Les réseaux sociaux. De nos jours, les jeunes  ne vont pas forcément regarder le journal ou même  la télé, alors comme on est souvent sur notre téléphone, c’est là que tout se passe. Cela fait de nous les personnes les plus informées. 

AntoineJe pense que les réseaux sociaux sont LE support permettant à notre génération de se  mobiliser et d’agir. 

Anaïs Facebook. J’ai pu m’abonner à des comptes qui m’informent. Ça me permet d’avoir un œil vraiment vif sur les actualités écologiques. J’ai plus de mal avec d’autres médias plus traditionnels parce que j’ai peur de la censure. 




Photo : Avel Chuklanov / Unsplash



Que pensez-vous des mouvements et manifestations de cette année sur le sujet ? 


AntoineForcément je me sens concerné car c’est notre avenir qui se joue dans les prochaines années. C’est encore plus marquant que ce soient les jeunes qui portent ces manifestations.

AnaïsJe suis contente qu’ils disent tout fort ce que l’on pense tout bas. Les manifestations ne doivent pas être conduites dans l’excès, la violence, mais dans le but de montrer au gouvernement qu’il y a un problème. Elles doivent engendrer un progrès.



Est-ce une cause qui peut s’allier à la politique ? 


AntoineC’est même devenu une obligation. Quasiment tous les partis consacrent une partie de leur programme à l’écologie.

SaloméC’est la politique qui dépend de cette cause, pas l’inverse. Parce que la politique c’est vivre en société. On ne peut pas vivre en société sans notre planète.



Pensez-vous que c’est  aux jeunes générations d’ouvrir les yeux au monde sur cette problématique ? 


AntoineJe ne pense pas que ce soit à nous de le faire mais comme les générations d’avant ne l’ont pas fait, les jeunes se sont approprié cette cause.  

Salomé J’ai l’impression que les générations plus âgées ont leurs habitudes, resteront plus sur leurs principes. Et ce n’est pas eux qui sont les plus ouverts aux nouvelles idées, et ce dans tous les domaines. Je pense que le problème c’est que notre point de vue est trop étroit, on est trop autocentrés. Nous, les politiques, tout le monde fonctionne comme ça. C’est dangereux. 

AnaïsCeux qui doivent être responsables sont ceux qui ont le pouvoir, et aussi les entreprises. Il faut arrêter de prôner un système politique et économique qui n’est pas en adéquation avec les besoins de notre planète. 0n va devoir s’appliquer pour la préserver parce qu’on est les premiers touchés. La génération de nos parents sait qu’elle est moins touchée et s’en fiche un peu. Ils nous laissent la main en espérant qu’on saura rattraper leur gâchis.