Maman épuisée, enfant sous tension : les 5 causes qui déclenchent les crises de ton enfant

Lifestyle - Parents
06-06-2019
Maman épuisée, enfant sous tension : les 5 causes qui déclenchent les crises de ton enfant

Tu ne sais plus comment faire pour que ton enfant cesse enfin ses colères et ses crises à longueur de journée ? Tu es épuisée et tu commences à douter de tes capacités maternelles ? Tes journées sont rythmées de cris et tu n’en peux plus ?


par Anaïs 

Assistante maternelle, blogueuse...






L’enfant est un être en construction. Jusqu’à au moins 7 ans, il n’est pas capable de contrôler ses émotions. Elles font comme une tempête à l’intérieur de lui, ce qui le met dans une grande détresse émotionnelle et se traduit par tous les comportements inappropriés qu’il peut avoir, comme faire des caprices, se rouler sur le sol, se taper la tête, pleurer et hurler … 

Et si je t’expliquais les 5 causes qui déclenchent les crises de ton enfant ? Tu risques d’être surprise, tu es prête ? 



1 - SON RÉSERVOIR AFFECTIF N’EST PAS REMPLI


Pour faire fonctionner une voiture, il faut du carburant. Pour l’enfant, le carburant c’est l’affection qui est un besoin fondamental, au même titre que le boire ou le manger. L’affection permet de libérer des hormones qui apaisent les tensions à l’intérieur du cerveau de l’enfant et vont éviter de nombreuses crises. 

Bonne nouvelle, l’enfant a seulement besoin de 10 minutes d’échanges en pleine conscience avec sa figure d’attachement pour remplir complètement son réservoir affectif. Ça peut être un moment de lecture, de jeux, de câlins…un moment privilégié sans distraction : pas de TV, de téléphone, de tâche ménagère… parce que je les connais bien les mamans multitâches qui sont capables de faire 3 trucs à la fois ! C’est génial, mais là c’est vraiment important de prendre ce temps pour ton enfant. Tu verras qu’en remplissant son réservoir affectif tu vas te surprendre à remplir le tien et à ressentir les effets positifs de la proximité. 



2- LA DÉCHARGE ÉMOTIONNELLE 


Encore une fois c’est toi qui trinques ! C’est simple, tu es ce qu’on appelle la figure d’attachement ce qui veut dire que tu es la seule personne en qui ton enfant a une totale confiance. Il sait pertinemment que ton amour pour lui est inconditionnel et qu’avec toi il peut relâcher toutes les tensions qu’il a accumulées chez sa nounou, à la crèche ou l’école…Alors quand tu vas simplement lui refuser un bonbon à 18h30, il va faire une crise que tu vas analyser comme « un caprice » mais en réalité, c’est plus complexe et ça vaut le coup que je t’explique. 

Ton enfant a retenu ses tensions toute la journée. Il rentre enfin à la maison et il voit le bocal de bonbons. Son cerveau se souvient que lorsqu’il en a mangé cela a libéré des hormones qui lui ont procuré du bien-être. Le cerveau étant chargé de tensions va voir le bonbon comme un moyen d’apaiser la tempête émotionnelle qui est en train de grandir en lui. Quand tu vas lui refuser, tu vas déclencher le mode « cocotte minute » et tout va exploser, la crise est disproportionnée et non justifiée : c’est la décharge émotionnelle.



Photo : Pixabay



3- LE BESOIN DE STIMULATION 


Je te donne un exemple hyper concret : tu es dans une salle d’attente, le médecin a 30 minutes de retard et ton enfant commence à toucher à tout, à crier, à pleurer… Tu te tapes la honte et tu es très en colère parce que tous les regards se tournent vers toi. Dans des moments comme ceux-là, tu attends de ton enfant qu’il soit sage et ne bouge pas mais ce n’est pas possible car, jusqu’à au moins 8 ans, son cerveau est incapable de se contenir plus de 10 minutes sans mouvement ! Il ne le fait pas exprès, il est juste incapable physiologiquement de rester calme. Je te conseille d’anticiper ce genre de crise en pensant à prendre dans ton sac de quoi l’occuper. 



4- LES MALENTENDUS 


Tu lui dis : « Ne traverse pas la route » et il traverse la route en te regardant droit dans les yeux. Je suis sûre que tu penses qu’il le fait exprès, mais lui il n’a pas entendu la négation parce que son cerveau n’est pas encore capable de l’assimiler. Alors que tu crois avoir donné un message précis, ton enfant a entendu deux mots : « traverse et route » tous les autres mots se sont effacés. Finalement, il t’a obéi et il ne comprend pas pourquoi tu lui cries dessus à présent, c’est l’incompréhension totale ! Je te conseille d’éviter la négation et de faire des phrases courtes comme « marche sur le trottoir » qui permet à l’enfant de savoir ce qu’il doit faire et non pas ce qu’il ne peut pas faire. 




Photo : Pixabay



5- LE NON-RESPECT DES RITUELS 


Beaucoup d’enfants sont sensibles aux rituels. Ils ont besoin d’une ligne de conduite répétitive pour leur permettre de s’apaiser. Parfois, la crise peut être déclenchée par le simple fait que tu aies donné le bain avant le repas, alors que d’habitude c’est l’inverse. Pour toi, ça va paraître futile mais pour l’enfant c’est extrêmement important parce qu’il peut être dans ce qu’on appelle « la période sensible de l’ordre »…

Si tu veux en savoir plus, tu peux me retrouver sur ma chaine Youtube « Les instants de bonheur » où je partage sur l’enfant, la parentalité et le métier d’assistante maternelle que j’exerce ! 

À bientôt jolie maman, 

Anaïs


PLUS D'INFORMATIONS    

Suivez-moi sur : 

 Les instants de bonheur chez Nounou (facebook)

 Les instants de Bonheur (youtube)

 les_instants_de_bonheur (instagram)