sharknado la saga qui révolutionna le nanar animalier

Culture - Cinéma
11-05-2018
sharknado-la-saga-qui-revolutionna-le-nanar-animalier



Préparez-vous… Sortez vos parapluies, armez-vous d’une tronçonneuse, apprenez par cœur vos plus belles punchlines, car le phénomène Sharknado revient cet été avec un sixième (et dernier ?) opus. Et pourtant, personne n’aurait parié un dollar que le premier film donnerait naissance à une véritable franchise télévisuelle

affiche_sharknado_2

Nous sommes en 2012, la firme The Asylum, souvent décriée pour ses productions au rabais et ses mockbusters*, qui leur ont valu de nombreux procès, a une idée folle mais très originale. Aimant les mammifères marins et voyant que la saga Mega Shark arrive à son terme, elle a l’idée de faire Sharknado. Le pitch est simple, des requins volants sont pris dans une tornade et anéantissent la Californie. Mais un petit groupe d’humains a décidé de ne pas se laisser faire et unit ses forces pour les affronter.
Sérieusement, qui financerait ce genre de projet ? Qui aurait aimé jouer dedans ? Personnellement, on me propose un sujet tel que celui-ci, j’accepte tout de suite et j’essaye de le financer. Malheureusement, ils ont préféré demander à Frankie Muniz (Malcolm in the middle) plutôt qu’à moi, pour jouer dedans.

*Mockbuster – Terme qui s’applique à des productions ne bénéficiant pas des moyens financiers du   blockbuster copié. Pour se faire connaître, leur lancement précède en général de quelques semaines le film original, afin de profiter du plan marketing de ce dernier  et d’entretenir  la confusion dans l’esprit du public par le matraquage médiatique. Ces films sortent directement en vidéo. Exemple – Transmorphers, The Terminators…

Sharknado_2


Un casting made in nostalgie


Effectivement, la carte maîtresse de la firme c’est de prendre un casting connu du grand public, respirant les années 80-90 et qui soit vendeur. C’est pour cela que dans leurs différentes productions, on retrouve certaines sirènes de Baywatch, des catcheurs, des chanteurs mais aussi d’anciennes gloires qui régnaient sur nos postes de télévision durant les années 90. Tout ce beau petit monde se retrouve dans des scénarios complétement dingues, estampillés « nanar » ou « navet ».

Et Sharknado ne déroge pas à la règle, puisque Tara Reid (Vicky dans American Pie) et Ian Ziering (Steve Sanders dans Beverly Hills 90210) rejoignent le casting très rapidement après l’annonce du projet. Cependant, les raisons de leurs décisions sont très différentes.
La comédienne révélée dans les années 90, en jouant dans des Teen Movies tels que American Party ou encore Sex Attitudes, a connu une descente aux enfers au milieu des années 2000. Drogues, alcool et chirurgies multiples, ont petit à petit enterré sa maigre carrière. Après un dernier passage sur grand écran en 2012 à l’occasion d’American Pie 4, Tara Reid s’est vu offrir un rôle important dans le blockbuster The Asylum. Trouvant le scénario assez fun, et soucieuse de donner un second souffle à sa carrière, elle accepte.

Ian Ziering Sharknado 4

Quant à Ian Ziering, l’après Beverly Hills fut catastrophique. Il entama une longue traversée du désert après être resté dix ans à jouer dans le show d’Aaron Spelling. Enchaînant de nombreuses séries Z et quelques caméos dans des films et séries, il quitte le monde de l’audiovisuel pour se reconvertir en strip-teaseur. Il accepte alors ce rôle pour l’argent, afin d’être de nouveau couvert par l’assurance santé « Screen Actors Guild ».
D’autres comédiens ont rejoint le casting, tels que Jaason Simmons (Baywatch, Nowhere) ou encore John Heard (Home Alone).

  

  


Sharknado 1 est un véritable nanar


Attention, ceux qui penseraient que Sharknado est un chef-d’œuvre, passez votre chemin. Le long-métrage est un nanar qui accumule les faux raccords, les effets spéciaux bas de gamme et les incohérences scénaristiques. Même les acteurs se demandent ce qu’ils font-là. Nous rions face à la médiocrité du résultat final. Toutefois, comparé aux opus suivants, celui-ci nous fait rire spontanément. Ce n’est que suite au buzz sur les réseaux sociaux, que la production a décidé de jouer la carte du second degré. D’ailleurs en suivant cette ligne directrice, les deuxième et troisième volets sont totalement hilarants.

Sharknado 5 Tara Reid et Ian Ziering
Les Youtubers Natoo et Kemar presents dans Sharknado 5
sharknado_requin


Un buzz sur les réseaux sociaux, la naissance d’une franchise


Ian Ziering a souvent raconté comment il avait vécu le buzz de Sharknado. Lors de la première sur Syfy il a reçu un nombre incalculable de SMS alors qu’il était en représentation dans une boîte de nuit. Après, avoir terminé son show, il s’est précipité sur son portable et lorsqu’il vu le nombre de messages, il s’est dit que sa carrière était définitivement terminée. Heureusement pour lui, les messages étaient très positifs et beaucoup le félicitaient parce qu’ils avaient trouvé le film fun. Il se rend compte du bon buzz qu’a provoqué le long-métrage sur les réseaux sociaux. Son nombre de followers augmente à grande vitesse et il passe du statut de has-been à star.

Sharknado-3

Depuis ce jour, le comédien est demandé dans les conventions. Il a également sorti une ligne de t-shirts en référence à Sharknado qui cartonne outre-Atlantique.
Suite à l’engouement pour ce film, Syfy le diffuse trois fois dans la semaine. Le nombre de téléspectateurs augmente, passant de 1,37 million à 2,1 millions, ce qui en fait l’un des plus gros succès de The Asylum. Il bénéficie d’une sortie cinéma en Angleterre et pour finir la firme voit son chiffre d’affaires augmenter de 5 à 19 millions $.
Suite à ce succès surprise, la production commande une suite, puis quatre autres. Les films sont diffusés toujours à la même époque, vers le mois d’août, et la chaîne crée à chaque fois l’évènement. De plus, Syfy a collaboré sur un spin-off de Sharknado, intitulé, Lavalantula avec une grosse partie du casting de la saga Police Academy.
Depuis, de nombreux comédiens sont apparus dans la franchise des requins volants, dont Lorenzo Lamas (Le Rebelle), David Hasselhoff (Baywatch), Bruno Salomone (Fais pas çi, Fais pas ça) ou encore Bo Derek (Orca).

Conclusion


Malheureusement, à partir du quatrième volet, les idées sont encore plus surréalistes et moins drôles. La franchise joue beaucoup trop la carte « second degré » et perd des spectateurs, passant de 3,87 millions pour le deuxième film à 1,89 million pour le dernier.
Le sixième volet sera diffusé le 25 Juillet 2018 et il sera question de voyage dans le temps. Notre héros pourrait bien affronter des Nazis et pourquoi pas des Sharknazis ?

Jason

www.espritcine.fr