Investissement 2017 : des ménages optimistes, un marché dynamique !

Habitat - Lifestyle - Découvrir / Voyager - Culture - Promoteurs - Constructeurs
31-03-2017
investissement_2017_un-marche_dynamique
Dans le neuf comme dans l’ancien, les acheteurs se bousculent : les taux sont encore bas et le dispositif Pinel est reconduit cette année ce qui relance la hausse des prix. Les opportunités demeurent nombreuses en province et particulièrement à Bordeaux Métropole.

Les périodes électorales n'ont jamais été favorables à l'immobilier : en 2007 et en 2012, le marché s'était progressivement gelé pendant les six à huit mois qui avaient précédé l'élection présidentielle. Mais ces derniers mois, pourtant marqués par les rebondissements des primaires, le contraire s'est produit : le marché a mis le turbo. L'année 2016 s'est conclue par des chiffres de ventes record : une progression de 5,2 % dans l’ancien et de 20% dans le neuf.
Dans le neuf, la hausse des ventes est, elle aussi, spectaculaire. À Bordeaux, on construit beaucoup avec les nouveaux programmes, les délais sont plus courts puisque l’on commercialise en dix mois ce qui en prenait vingt-quatre il y a trois ans. Les premiers chiffres laissent présager un début d’année 2017 dynamique, et très optimistes les différents acteurs du bâtiment envisagent un marché au moins équivalent à celui de 2016.

Investir en 2017

On peut trouver diverses raisons à cette euphorie :

  • Le retour de l'optimisme sur le front de l'emploi avec un moral des ménages remonté à son plus haut niveau depuis dix ans.

  • Une inquiétude liée au risque de remontée des taux. Au cours de ces dernières années les ménages ont amélioré leur capacité d’achat grâce à leur baisse, or depuis deux mois, les taux remontent.

  • L’impatience des investisseurs qui veulent sécuriser, avant les élections, leurs transactions parce qu'ils craignent une remise en cause des mesures en faveur de l'investissement locatif, comme le Pinel qu'aucun candidat ne semble vouloir prolonger au-delà de son échéance de décembre prochain.


La ruée sur les prêts


En 2008, la hausse brutale des taux, jusqu'à 5,2 %, avait bloqué le marché pendant dix-huit mois. Du coup, tous les ménages en mesure d'obtenir un prêt se dépêchent, profitant de 1,5 % sur 20 ans… « On sait désormais que le point bas a été atteint en novembre dernier », analyse Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents.com. Les emprunteurs en sont conscients et se bousculent au portillon : entre les renégociations et les crédits nouveaux, les volumes de prêts sont au plus haut. Au guichet des banques et dans les bureaux des courtiers, par lesquels passent désormais plus de 30 % des prêts, c'est l’embouteillage.

Investissement immobilier 2017
Et les ménages qui achètent pour se loger ne sont pas moins pressés car ils estiment qu’ils ont intérêt à devenir propriétaires plutôt que de laisser dormir leur épargne sur des livrets qui ne rapportent plus grand-chose. Surtout lorsqu'ils bénéficient du prêt à taux zéro, car en faisant la moyenne entre leur prêt classique et leur PTZ, ils ne s’endettent qu’à 0,4-0,6 %, d’où l’intérêt d’investir plutôt que louer.