L’entrée au collège : une petite révolution

Lifestyle - Parents - Actualités
09-09-2021
collegien-entree-college-rentree-nouveaute

L’entrée au collège demeure une étape impressionnante : le grand enfant de CM2 devient le petit du collège.


Fini le fonctionnement confortable où il ne connaît qu'un seul professeur et une seule salle de classe. Pour que ces changements ne le désarment pas, les écoles primaires organisent en amont une visite du collège afin que votre enfant prenne connaissance des lieux. 


Vu qu'il apprendra déjà beaucoup de choses le jour J sur le fonctionnement du collège, mieux vaut lui faire découvrir l'immensité de l'établissement en amont, c’est souvent ce qui se révèle être le plus impressionnant pour les collégiens en herbe. Cette visite contribue à rassurer et sécuriser l'enfant, participe à son bien-être et à une meilleure évolution dans ce système qu'est le collège.


collegien couloir de dos

Les parents ont également un grand rôle à jouer dans leur manière de parler du collège avec leur enfant. Ils doivent être clairs sur le fonctionnement du collège, il faut évidemment le rassurer. Rien de plus normal en effet que de se sentir perdu au début, de voir les locaux comme un labyrinthe !

Les nouvelles matières et la charge de travail peuvent aussi être source d'angoisse, l'essentiel est qu'au fil du temps, tout rentrera dans l'ordre et le collège n'aura plus de secrets pour lui. Là encore, les parents doivent être réconfortants. Souvent les jeunes se disent que le collège est très différent du primaire. Mais en fait, ce n'est pas si terrible.

Ils reprennent des choses du primaire au cours du premier trimestre et, petit à petit, on leur ajoute des choses supplémentaires mais ce n'est pas une grande révolution en fin de compte.



L'orientation : quand faut-il s'en préoccuper ?


Vous vous dites que votre enfant ne rentre qu'en sixième et que l'orientation est loin d'être à l'ordre du jour, qu'il faut attendre la troisième pour cela ? Détrompez-vous, il n'est jamais trop tôt pour s'intéresser à ce sujet. Il ne s'agit évidemment pas de demander directement à votre enfant ce qu'il veut faire plus tard.

A 11 ou 12 ans, s'il y a bien une chose qui peut sembler abstraite et lointaine à un collégien, c'est bien la question de son futur métier. L'orientation ne s'aborde ni à la légère, ni à la dernière minute. Il faut familiariser son enfant assez tôt à un large champ de professions, en en parlant positivement, en expliquant en quoi celles-ci consistent.


L'enfant en fera ce qu'il voudra mais il aura devant lui un éventail de "possibles". Si on en parle tranquillement, à l'occasion d'une visite, d'un reportage vu à la télé par exemple, alors les choses se feront très naturellement et les choix seront simplifiés. Il ne s'agit surtout pas d'attendre la dernière minute.


33478158 - female high school teacher taking class

Reconnaître les signes d'un malaise


Votre enfant ne vous dit rien sur ce qu'il pense de l'école, s'il s'y sent bien ou mal ? Si l'enfant n'est pas bien, cela se traduira par des somatisations, des maux de ventre, de tête à répétition. Il pourra dire qu'il ne veut pas aller à l'école. C'est la répétition ou l'intensité qui fait devenir le symptôme inquiétant. Ce n'est pas parce qu'un matin il se lèvera en disant qu'il ne veut pas aller à l'école qu'il faut s'inquiéter.

Comment réagir ? S'il n'y a pas de dialogue entre les parents et l'enfant, il faut essayer de le rétablir d'une manière ou d'une autre. Puis, il faut venir en parler au prof principal pour savoir comment l'école perçoit son malaise. Et sinon, il est bien d'en parler au médecin de famille qui pourra éventuellement donner son avis, mais peut-être pas à un psychologue tout de suite.